Scripturalité et memoria au temps des réformes. Les documents nécrologiques du diocèse de Strasbourg à la fin du Moyen Age

photo-1-adbr-h552

Photo 1 : obituaire de l’abbaye de Marmoutier, XIVe-XVIe siècles. Manuscrit conservé aux Archives départementales du Bas-Rhin, H552, fol. 2 recto. Auteur de la photo : Anne Rauner

Article de Anne Rauner, Strasbourg / Gastbeitrag von Anne Rauner

Le blog „Mittelalter am Oberrhein“ offre la possibilité de présenter sa thèse de doctorat dans un blog. Avec cet article, nous publions pour la première fois une contribution en français. Anne Rauner présente sa thèse de doctorat sur les documents nécrologiques du diocès de Strasbourg à la fin du Moyen Age. Anne Rauner est doctorante en histoire médiévale a l’Université de Strasbourg et a l’Université Albert-Ludwig de Fribourg-en Brisgau sous la co-direction de Benoît-Michel Tock (Strasbourg) et Jürgen Dendorfer (Fribourg-en-Brisgau).

Introduction
Les documents nécrologiques du diocèse de Strasbourg, un corpus riche et original
Matérialité et fonctions des documents nécrologiques
Au cœur d’un vaste système documentaire


Introduction

Combiner approche matérielle et textuelle des sources pour saisir les stratégies de transmission de l’information, définir une culture de l’écrit et sa diffusion dans la société, telle est l’ambition de la nouvelle histoire de l’écrit qui, sous l’influence du literacy turn, du linguistic turn mais aussi du material turn, s’inscrit désormais dans les logiques de l’histoire culturelle des savoirs et des pratiques de pouvoir1. Tel est le point de départ de ces recherches encore en cours et consacrées aux pratiques de l’écrit mises en œuvre dans les documents nécrologiques du diocèse de Strasbourg  au Bas Moyen-Age.

Les méthodes et objectifs de l’histoire de l’écrit ont en effet ouvert de nouvelles perspectives pour l’histoire religieuse, sociale, économique et culturelle, à la confluence desquelles se situent les documents nécrologiques. « L’archéologie du livre » a ainsi replacé au centre des réflexions l’intentionnalité qui fonde l’écriture des textes et qui, grâce au jeu subtil de la « mémoire archivistique »2 et de l’oubli, construit l’identité sociale des groupes3. Elle a aussi redonné leur place aux écrits pragmatiques qui dévoilent plus qu’on ne l’a longtemps cru les logiques politiques, religieuses, économiques et sociales qui traversent la société médiévale. Supports écrits de la liturgie de commémoration des morts, manuscrits du quotidien à vocation perpétuelle, textes en construction permanente puisque la liste des noms ne cesse de s’y allonger au fil du temps, les documents nécrologiques, qu’il s’agisse de nécrologes, d’obituaires, de livres de distribution, etc.4 , les documents nécrologiques sont donc des outils appropriés pour comprendre le rôle essentiel de la scripturalité dans la construction de la mémoire, qui constitue l’un des ciments de la société médiévale.

Les documents nécrologiques du diocèse de Strasbourg, un corpus riche et original

Les documents nécrologiques du diocèse médiéval de Strasbourg, qui n’ont jusqu’alors été que très peu exploités par les historiens, s’avèrent être des sources particulièrement intéressantes pour une telle étude. Non seulement l’Oberrhein s’affirme au Bas Moyen Age comme un foyer de l’écrit et des réformes religieuses, mais surtout la Liste des obituaires alsaciens dressée par Charles Wittmer5 puis le Répertoire des documents nécrologiques de Jean-Loup Lemaître6 laissaient entrevoir le nombre relativement important de manuscrits disponibles7 Cependant, l’ampleur de la documentation avait encore été sous-estimée. Le dépouillement systématique des fonds d’archives ou des collections de bibliothèques a ainsi permis de doubler le nombre de références disponibles pour les deux périodes, alors qu’il est encore en partie inachevé. On peut ainsi dénombrer cent-vingt manuscrits pour les périodes médiévales et modernes, dont quatre-vingt-un pour la période s’étendant du XIIIe siècle aux années 1530. Sur ces quatre-vingt-un manuscrits de la fin du Moyen Age, soixante-huit originaux et deux copies par des érudits modernes ou contemporains nous sont parvenus tandis que onze d’entre eux, disparus, ne sont plus connus que par l’intermédiaire d’autres sources.

Au-delà de leur nombre, ce sont bien les grandes caractéristiques de ce corpus qui en font tout l’intérêt pour comprendre les pratiques de l’écrit liées à la memoria.

Il couvre en effet une très grande partie du territoire diocésain. Les documents nécrologiques strasbourgeois constituent certes un peu plus de la moitié du fonds ; mais les autres documents proviennent de localités réparties entre Vosges et Forêt-Noire, du Nord au Sud du diocèse. D’autre part, ces localités occupent des places différentes dans la hiérarchie des localités, ce qui nous permet de saisir clairement la diffusion de la culture de l’écrit au sein du diocèse : grandes villes (à l’échelle régionale) comme Haguenau ou Sélestat, petites villes (par ex. Marmoutier, Obernai) ou simples villages (Kappel am Rhein, Uttwiller, Wittenweier.

photo-2-aves-1ah7243c

Photo 2 : obituaire de la paroisse de Wittenweier, 1488. Manuscrit conservé aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, 1AH7243c, fol. 2 recto. Auteur de la photo : Anne Rauner

En outre, le corpus contient des documents nécrologiques qui ont peu attiré l’attention des historiens qui ont beaucoup exploité les manuscrits rédigés par des monastères et couvents ou par des chapitres cathédraux. Bon nombre de ces documents nécrologiques ont ainsi été tenus par des institutions religieuses perçues par les historiens comme des « périphéries de l’écrit » : c’est-à-dire les paroisses, qu’il y ait ou non présence d’un chapitre séculier ou rural8, et les communautés féminines9 dont on a sous-estimé jusque récemment la maîtrise de l’écrit. A cela, il faut ajouter un fonds relativement important de manuscrits tenus par des hôpitaux (Strasbourg bien sûr10, mais aussi Saverne11 ) et par la léproserie de Strasbourg12. Autre fait exceptionnel, l’existence de quatre obituaires produits dans des commanderies de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (commanderie de Sélestat et de Strasbourg)13 alors que de rares exemplaires nous sont parvenus14.

Certains ensembles documentaires donnent par ailleurs un aperçu assez global de la culture de l’écrit qui s’est développée dans certains lieux. C’est le cas en particulier à Haguenau : nous sont en effet parvenus le nécrologe des Franciscains15, mais surtout quatre obituaires tenus du XIIIe-XIVe siècle jusqu’au moins la fin du XVe siècle dans la paroisse Saint-Georges16. Mais à cet exemple, s’ajoutent les corpus de Sélestat, du chapitre Saint-Thomas de Strasbourg (environ une dizaine de manuscrits), de la paroisse strasbourgeoise Sainte-Aurélie, etc.

Enfin, les documents nécrologiques du diocèse de Strasbourg qui nous sont parvenus sont de nature diverse : nécrologes, obituaires, livres d’anniversaires et/ou de distributions, registres mortuaires de confréries, livres de sépulture, etc. Chacun correspond à une époque donnée ou à des besoins différents. Tous répondent aux besoins de l’institution religieuse qui les a produits et s’adaptent à l’évolution de ces besoins. Bien entendu, ce fait n’est pas spécifique au diocèse de Strasbourg ; mais le nombre de manuscrits disponibles, leur étalement dans le temps et dans l’espace permet, par le jeu de l’analyse sérielle et comparative, d’avoir un aperçu relativement vaste des fonctions réelles du manuscrit, entre d’une part la volonté de concilier la conservation  perpétuelle de la mémoire d’une communauté et d’autre part la gestion quotidienne des biens de l’institution.

Matérialité et fonctions des documents nécrologiques

Cette tension entre temps long de la mémoire et temps court de la gestion n’est pas sans incidence sur la matérialité des manuscrits. Le choix des matériaux, du format  et de l’écriture trahit l’usage qui est fait des documents nécrologiques. Ainsi la commanderie Saint-Jean de Strasbourg possède-t-elle deux obituaires rédigés tous deux dans la seconde moitié du XVe siècle; pour l’un, le scribe a opté pour le parchemin et une écriture livresque17, tandis que pour l’autre, il a préféré le papier, un format plus maniable et une écriture cursive18. Le premier ouvrage semble donc être le document de référence, probablement utilisé pour les grandes occasions, l’autre un ouvrage plus ordinaire destiné à répondre aux besoins du quotidien.

La mise en page reflète également les mutations dans les fonctions des obituaires. Si les manuscrits, hormis ceux des confréries et confraternités qui adoptent le modèle de la liste de noms, restent structurés par le calendrier perpétuel, des changements notables sont perceptibles dans l’organisation de la page. Alors qu’on inscrivait sept ou huit jours par page dans les nécrologes et les obituaires les plus anciens, à l’exemple de celui de la paroisse Saint-Etienne de Marmoutier19, on constate que bon nombre d’obituaires de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle, tels ceux de la paroisse Saint-Georges de Molsheim20 ne disposent plus que deux ou trois jours par page.

photo-3-adbr-2g300-1

Photo 3 : obituaire de la paroisse de Molsheim, 1500-1527. Manuscrit conservé aux Archives départementales du Bas-Rhin, 2G300/1, fol. 21recto Auteur de la photo : Anne Rauner

Il faut voir dans cette réduction du nombre de jours par page et donc dans l’augmentation du nombre de folios du manuscrit une éventuelle diminution du prix des matériaux supports, mais surtout la volonté d’anticipation du scribe. Puisque l’obituaire est doté de fonctions économiques qui n’étaient pas celles du nécrologe, il faut au rédacteur davantage de place pour inscrire chaque anniversaire et décrire l’assiette de la rente qui sert à le financer. Aussi prévoit-il d’emblée une surface d’écriture plus grande pour chaque jour en espérant éviter la saturation de la page que l’on peut observer dans des obituaires plus anciens, tels ceux des paroisses de Marmoutier ou de Sand. Une autre stratégie, cette fois pour économiser l’espace dans le calendrier, consiste, à la fin du Moyen Age, à en faire disparaître certaines informations et à créer des registres distincts pour faciliter la gestion quotidienne des anniversaires. L’historien constate dès lors une complexification du système documentaire dans lequel est inséré le nécrologe ou l’obituaire.

Au cœur d’un vaste système documentaire

 Le nécrologe et l’obituaire n’ont en effet été jamais pensés séparément d’autres sources ; l’un et l’autre constituent un maillon essentiel du vaste système documentaire généré par la commémoration des défunts. A partir du XIIIe siècle, le cœur de ce système est constitué des écrits qui permettent au défunt d’exprimer sa volonté et aux vivants de la mettre en œuvre, c’est-à-dire la charte de fondation d’anniversaire, le testament et l’obituaire. La liturgie commémorative ne peut par ailleurs se faire sans les manuscrits liturgiques qui contiennent les prières, les chants, etc. ; si ceux-ci ne sont pas mentionnés explicitement dans le calendrier, l’inscription d’un anniversaire dans l’obituaire suggère leur utilisation (au moins par les clercs). Par ailleurs, le développement d’une commémoration au cimetière, sur la tombe du défunt ou sur un monument funéraire qui lui est dédié, incitent certaines institutions religieuses, tel le chapitre Saint-Thomas de Strasbourg, à tenir des livres de sépulture21 qui doivent servir à retrouver la tombe au moment voulu. Enfin, l’obituaire est de plus en plus lié à de multiples registres administratifs : registres recevant spécifiquement les revenus des anniversaires, censiers, livres de comptes, etc.

Au sein de ces systèmes documentaires plus ou moins développés et complexes selon les besoins des institutions religieuses et leur degré d’appropriation de l’écrit, les informations ne font pas que se compléter. La même information peut ainsi être transférée d’un écrit à l’autre. La commanderie hospitalière de Strasbourg possède ainsi un livre de sépultures22 dans lequel figurent les repères indispensables pour retrouver les tombes ; ces repères ne figurent pas seulement dans ce registre spécifique, mais aussi dans l’obituaire23, en fin de notice, dans un module d’écriture plus grand que le reste de la notice pour que la recherche de l’information soit facilitée.

photo-4-adbr-h1611-4

Photo 4 : livre de sépultures de la commanderie des Hospitaliers de St-Jean-de-Jérusalem « Zum Grünen Wörth » (Marais Vert) de Strasbourg, 1465. Manuscrit conservé aux Archives départementales du Bas-Rhin, H1611/4, fol. 1r. Auteur de la photo : Anne Rauner

Et l’on peut imaginer par analogie avec d’autres cimetières24 , que ces mêmes repères étaient gravés sur les tombes. Parfois enfin, les données de l’obituaire et d’autres registres sont si fortement liées les unes aux autres qu’on peut les considérer comme des preuves de l’interconnexion des écrits. L’exemple le plus intéressant est celui de l’interconnexion de certains obituaires avec des livres de comptes. Les comptes de la paroisse Sainte-Aurélie signalent ainsi clairement les revenus perçus grâce aux anniversaires inscrits dans l’obituaire25 ; ceux de la paroisse Saint-Georges de Haguenau signalent les sommes dépensées pour les distributions organisées pour mettre en œuvre les consignes inscrites dans l’obituaire26. Parallèlement, certains scribes indiquent dans l’obituaire, le plus souvent dans les marges, que le paiement de la rente a bien eu lieu.

Analyser en détail le fonctionnement du système documentaire construit par chaque institution religieuse du diocèse de Strasbourg, comprendre la place de l’obituaire au sein de ce système, c’est donc tenter de saisir au plus près l’usage réel qui est fait des documents nécrologiques et la valeur attribuée à l’écrit dans la société de la fin du Moyen Age.

  1. Parmi les auteurs qui ont marqué ce renouveau, les Anglo-saxons Jack Goody et Michael T. Clanchy, l’Allemand Hagen Keller et l’Ecole de Münster, l’Italien Armando Petrucci, les Français Roger Chartier, Pierre Chastang, Etienne Anheim. []
  2. CHASTANG (Pierre), Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (XIe-XIIIe siècle), Paris, 2001, p.39. []
  3. GEARY (Patrick), La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, 1996 (éd. ang.: 1994). []
  4. Pour la définition de ces termes, voir LEMAITRE (Jean-Loup), Répertoire des documents nécrologiques français, vol 1, Paris, 1980. []
  5. WITTMER (Charles), Liste des obituaires alsaciens, dans Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715) des comités des travaux historiques et scientifiques, 1953, p. 1-10. []
  6. LEMAITRE (Jean-Loup), Répertoire des documents nécrologiques français, vol 2, Paris, 1980 ; et LEMAITRE (Jean-Loup), Répertoire des documents nécrologiques français. Supplément et deuxième supplément, Paris, 1987-1992. []
  7. Jean-Loup Lemaître en a ainsi dénombré soixante-dix. []
  8. Dans le cas de la présence d’un chapitre séculier, il faudra déterminer ultérieurement si le nécrologe ou l’obituaire est celui des chanoines ou celui de la paroisse, ou s’il leur est commun. []
  9. Toutes sont strasbourgeoises : béguinage du Gürtlers Gotzhus, couvent de Sainte-Claire-au-marché-aux-chevaux et des Pénitentes de Sainte Madeleine []
  10. Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), 1AH584 et 1AH585. []
  11. Archives municipales de Saverne, I.1. []
  12. AVES, 1AH7246, 1AH7425, V 116b, V 116c, V 116d. []
  13. Obituaires de la commanderie de Strasbourg : Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR), H 1611/3, H1614 et BNUS, ms 752 ; obituaire de la commanderie de Sélestat : BM Colmar, ms 965. []
  14. LEMAITRE (Jean-Loup), Obituaire, dans BÉRIOU (Nicole), JOSSERAND (Philippe), dir., Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Age, Paris, 2009, p. 660.LEMAITRE (Jean-Loup), Obituaire, dans BÉRIOU (Nicole), JOSSERAND (Philippe), dir., Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Age, Paris, 2009, p. 660. []
  15. Bibliothèque municipale de Strasbourg, ms 715. []
  16. Archives municipales de Haguenau, GG219, GG220/1, GG220/2, GG 221. []
  17. Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS), ms 752. []
  18. ADBR, H1611/3. []
  19. ADBR, 136J15/2. []
  20. ABDR, 2G300/1. []
  21. AVES, 1AST185, fol. 99-100 et 1AST186, fol. 98-99. []
  22. ADBR, H1611/4. []
  23. BNUS, ms 752. []
  24. Les pierres tombales du cloître de l’église Saint-Pierre-le-Jeune (protestant) de Strasbourg comportent ainsi deux lettres qui permettent l’identification de la tombe. []
  25. Par exemple, les comptes de 1508 : ADBR, 2G482K/111, fol. 2v et 3r. []
  26. Par exemple, les comptes de 155 : AM Haguenau, GG240/1, fol. 156r. []

Ein Gedanke zu „Scripturalité et memoria au temps des réformes. Les documents nécrologiques du diocèse de Strasbourg à la fin du Moyen Age

  1. Pingback: Nekrologien der Diözese Straßburg im Mittelalter | Archivalia

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.